…ou les péripéties, croquis de vie, états d'âme et traits d'esprit, d'une pétillante Mam'zelle à Paris.

Contact

06 72 52 90 77
contact@mamzelle-sou.com
Rejoignez-la ici !
RetourAccueilHaut

Inconfortable dites-vous ?

Ça y est. Je viens de le vivre, ce moment tant redouté où on a, au choix, envie que chacun de nos atomes soient intégralement pulvérisés ou bien de n’avoir jamais, il y a 35 ans, traversé dans la douleur, tête la première, le vagin de sa daronne pour arriver sur Terre.

C’était un lundi comme les autres, à savoir, pourri. Il faisait gris, il faisait Paris. Et pour couronner le tout, Dame Nature était passée par là. Bref, j’avais la rage et mes ragnoufs.

Enfin bon, la vie continue hein. Seulement voilà, j’avais malencontreusement oublié que je devais aller voir mon ostéo. Vous savez cet être suprême aux doigts d’or. Suprêmement beau, suprêmement sexy, suprêmement spirituel qui me tripote déjà depuis plus de 3 ans et qui fait du bien à mon corps et à mon âme, tous deux endoloris par le poids de la vie…Bref, je m’égare.

Normalement, dans ces cas là, un petit effort est de rigueur quoi. Dépoilée bien sûr, ne pas avoir mangé les 48 dernières heures, pour arborer un ventre « naturellement » ferme et plat, mais aussi trouver le juste milieu dans ses dessous pour ne pas avoir l’air d’une prostituée ni d’une clocharde.

Jusque là vous suivez…(et je vous passe l’historique de flirt – unilatéral – avec lui qui fait qu’il m’a percée à nue et qu’il n’ignore donc pas que je suis névrosée voir folle à lier…🙄Bref, je m’égare encore…)

Sauf que ce lundi, les astres se sont alignés pour ruiner ma vie : 

1 – Suis arrivée méga à la bourre

Alors c’est pas une excuse mais d’habitude lui il a TOUJOURS au moins 20mn de retard ok ?? Mais bon là j’ai senti qu’il était pas content du tout du tout. Donc autant vous dire que pour l’opération séduction habituelle, c’était foutu…Vous raconte pas le froid que ça a mis direct…Erreur numéro 1.

2 – J’avais des dessous rouge pupute.

Du coup, j’ai gardé ma chemise pour laisser secret le soutif encore plus pupute de peur qu’il croie que je veux le pécho (c’est vrai mais bon…j’essaye de faire bonne figure normalement et de ne pas m’auto-saboter le travail) et j’ai essayé de la jouer cool alors que mes p’tites féfesses étaient moulées dans le genre de dessous qu’on ne met que dans les grandes occasions disons…Erreur numéro 2.

3 – J’avais mes règles.

Donc bah je vous laisse imaginer le malaise quand, jambes écartées, à 180°, je me mets, horrifiée à imaginer le cordon du tampon pas frais s’échapper de ma petite culotte pendant que l’autre fait des manips dans tous les sens (manips qui passent quand même assez souvent par ses doigts pas hyper loin de mon anus…manip d’ostéo qu’ils disent…mais bon…ne boudons ps notre plaisir 😌)  et qu’à tout moment mon minou peut se retrouver bbbbien exposé à la vue de l’être suprême…Erreur numéro 3. (quand même pas difficile de prendre rendez-vous hors des 4 putains de jours du mois où on n’a pas ce truc dans le vagin ! Meeeeerde !!!😡 )

4 – J’étais pas hyper hyper à jour côté dépoilage chattal

Disons que pour un individu « lambda » qui se pencherait sur la zone, ça paaaaaasse. Mais quand le gars te fait faire le ciseau, à droite, à gauche, écartez, non mais plus que ca madmoiselle, allez !!, qu’il relève ta jambe jusqu’aux oreilles…bon bah z’avez compris…Erreur numéro 4. (quand on va voir l’être suprême, on enlève TOUUUUUUT bordel !!! )

5 – J’ai pris rendez-vous juste après le repas…

… et je lui ai dit direct en arrivant (oui parce qu’on dit TOUT à son ostéo ok??) que mes maux de ventre avaient recommencé. Ah bah ni une ni deux, le gars, pas fou, il se met à te triturer le bidon alors que :

a) Tu es en pleine digestion

b) Tu vvvvvviens de lui dire que t’as souvent mal en ce moment – t’es bouché ou quoi ?!!!

c) T’as tes ragnoufs donc on dirait que t’es enceinte de 4 mois…

Donc autant vous dire que la peur du gaz inopportun planait au dessus de nos têtes pendant toute la séance. L’HO-RR-EUR. Erreur numéro 5.

Du coup j’ai passé la séance crispée, cul serré, bouche bée, yeux fermés, à prier tous les saints que ce que l’être suprême voit pendant la séance ne soit pas digne d’un (mauvais) film d’horreur gore.

Puis séance terminée, tête baissée, je me suis lentement dirigée vers son bureau. Lui a tenté courageusement de détendre l’atmosphère, mais le mal était fait…

Je venais de sombrer dans la zone PSLONPPJPF  (les-patientes-sur-lesquelles-on-ne-pourra-plus-jamais-potentiellement-fantasmer).

La honte s’était abattue sur moi à tout jamais…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RetourAccueilBas