…ou les péripéties, croquis de vie, états d'âme et traits d'esprit, d'une pétillante Mam'zelle à Paris.

Contact

06 72 52 90 77
contact@mamzelle-sou.com
Rejoignez-la ici !

MamzelleSouQui est-elle ?

Vaste question s’il en est ! Mam’zelle SOU est une jeune trentenaire parisienne (enfin euh.. d’adoption !) qui se plaît à dépeindre pour ses contemporains quelques-uns des aspects croustillants de sa petite vie trépidante.

Poussée par ses amis et collègues depuis plusieurs mois déjà, ses écrits ont eu envie de prendre un peu leur envol. Elle faisait sourire ses proches, alors pourquoi ne pas tenter une aventure qui dépasserait les frontières de ce petit cocon douillet ? La voilà donc, armée de ses acolytes web designer et développeurs à créer sa propre vitrine ! Le début d’une belle et excitante aventure que voilà…

Ses écrits n’ont pour seule et unique prétention que de divertir, faire sourire, faire réagir les lectrices occasionnelles ou inconditionnelles qui par bonheur poseraient l’œil sur ses billets. En effet, girly à souhait, le jeune mâle n’y trouverait peut-être pas tout à fait son compte à moins de vouloir apaiser sa curiosité sur le mode de fonctionnement de leurs moitiés et dieu sait que le mystère a bien besoin d’être quelque peu percé.

Récits de vie captivants, conseils d’amie attachants, coups de cœur et coups de gueule palpitants, billets de bonne et de mauvaise humeur saisissants, articles sexo/psycho piquants, portraits frappants… tout y est ! Alors délectez-vous en !

 

« Promise » 

BEN HOWARD

ecouter_b

A y est. C’est l’hiver. Les jours sont radins. Les doigts de pieds commencent à glaçonner sévère. La goutte au nez perle. Pour vous réchauffer dans un endroit cosy autour d’une petite tasse de thé, c’est par ici « Kodama » vers Etienne Marcel à Paris !

voir_b
Separateur final

Son petit dernier

21/11/2017 

 J’y vais ou j’y vais pas ? Intra Muros d’Alexis Michalik à la Pépinière

J’y vais : Par curiosité. On attend tellement parler du Michalik qu’on se doit de courir voir chacune de ses nouvelles pièces !

J’y vais pas : Parce que je suis un(e) rebelle à contre-courant et que précisément parce que « tout le monde dit que », bah ce sera sans moi. Na !

J’y vais : Parce que choisir l’univers carcéral pour poser son oeil de metteur en scène, et y faire entrer le théâtre, c’est bien joué.

J’y vais pas : Parce que y’a trop de longueurs. J’ai regardé ma montre trois fois !!

J’y vais : Pour les histoires croisées et les rebondissements.

J’y vais pas : Parce que tu pousses le bouchon ci-dessus un peu trop loin, Mich Mich !

 

 

 

gif_inter2

   Ses autres écrits à ne surtout pas lire !

FondTrans-01

vague1 vague2

 

23/11/2017

Flash Ciné – « Diane a les épaules »

Parce que y a ceux qui vont voir « Thor » ou « Justice League » et parce qu’il y a les autres…(attention, AUCUN jugement de valeur..Ben B. si tu m’entends, promis un jour je viendrai voir une super

20/11/2017

J’y vais ou j’y vais pas ? Intra Muros d’Alexis Michalik à la Pépinière

J’y vais : Par curiosité. On attend tellement parler du Michalik qu’on se doit de courir voir chacune de ses nouvelles pièces !

J’y vais pas : Parce que je suis un(e) rebelle à contre-courant …

13/11/2017

J’y vais ou j’y vais pas ? Audrey Dana dans « Indociles »

J’y vais : Parce que rien que le mot «Indociles » et l’affiche de Dame Audrey peinturlée, ca aiguise la curiosité. Un petit air de vas-y-que-je-sors-des-sentiers-battus qui fleure bon en somme…

J’y vais pas : Parce …

09/11/2017

Anne-Claire Meret – Une naturopathe qui se met au vert

Teint frais et rayonnant, sourire délicat et irradiant, yeux malicieux et bienveillants, timbre de voix doux et lent. Anne-Claire est une de ces jeunes trentenaires qu’on aime à croiser sur son chemin tant sa bonté est communicative et sa

06/11/2017

J’y vais ou j’y vais pas ? Mudith Monroevitz à la Nouvelle Seine

J’y vais : Pour le lieu qui tangue. Eh oui, vous avez bien compris, La Nouvelle Seine est une péniche !

J’y vais pas : Parce que vous avez le mal de mer.

J’y vais : …

26/10/2017

Vincent Macaigne – L’interview flash « On est bbbbbien ! »

Mercredi 25 octobre 2017. 16H50. MK2 Quai de Loire. Pour certains, c’est le jour des enfants, ou le jour des amants, simple bagatelle. Mais pour un dénommé Vincent, cette journée a un tout autre goût, celui d’une …

25/10/2017 

J’y vais ou j’y vais pas ? Ramses II avec François Berléand

J’y vais : Pour l’atmosphère de malaise planant…et l’univers de Sébastien Thiéry vraiment très très méchant… :-)

J’y vais pas : Parce que le petit côté « un jour sans fin » est quelque peu barbant

J’y

18/10/2017 

J’y vais ou j’y vais pas ? Le Tartuffe de Michel Fau

J’y vais : Pour les décors et les costumes grandioses de Christian Lacroix

J’y vais pas : Parce qu’on n’entend rien du tout au début quand Mme Pernelle ouvre la pièce et que pour un début de …

15/10/2017

In love with Robert…

C’était un de ces jours d’été où il fait bon vivre à Paris…puisque les parisiens l’ont fuie. Un de ces jours d’été où on frémit car les vacances sont presque finies. Un des ces jours d’été où on irait bien se délecter d’une petite comédie.…

13/06/2017 : Parution > Dynamic Radio

Chronique Radio Cinéma – Culture & Co – DYNAMIC RADIO 13.06.2017

Aujourd’hui, je vous présente un cru qu’on a mis du temps à pouvoir déguster. Plus d’un an de tournage, quasi 7 ans depuis le début du projet. Je veux bien entendu vous parler …


Fin de l'(a)mi-temps

Cette fois ci, c’était bon. Ou du moins vous le pensiez. Vous l’aviez enfin trouvé cet équilibre parfait.

Vous naviguiez tel un funambule sur son fil, tendu, et pourtant si souple sous vos pieds nus. Une fois là-bas, pour « gagner » votre vie, une fois ici

Inconfortable dites-vous ?

Ça y est. Je viens de le vivre, ce moment tant redouté où on a, au choix, envie que chacun de nos atomes soient intégralement pulvérisés ou bien de n’avoir jamais, il y a 35 ans, traversé dans la douleur, tête la première, le vagin de sa …

Après la pluie…

Si comme moi vous êtes parisiens, un petit phénomène quelque peu agaçant a dû vous irriter ce matin, vendredi 25 août…

Oui, oui, je parle bien du fait que non contents de :

  • être les seuls débiles à être au taf en ce mois d’août pendant que

Les funestes pépiements du passé

C’était un autre temps.

Un temps où elle avait l’esprit de contradiction.

Un temps où elle avait le (mauvais) goût de la provocation.

Un temps où elle était dans une quête effrénée et désespérée de célébrité.

Un temps où cette âme n’ « avait encore …

Enfin c’est la rentrée !

Ah bah c’est pas trop tôt ! Enfin, c’est la rentrée quoi ! Nan mais sérieux, on est bien d’accord que ça suffisait là les vacances et la glande non ?

Pourquoi ?

Vous êtes sérieuses ?

Vous me demandez POURQUOI je suis enthousiaste à …

Ça vous chatouille ou ça vous grattouille ?

J’ai longuement hésité avant d’écrire cet article.

J’avais le choix entre :

–         Une nième déclaration d’amour inconditionnel à Léo (Di Caprio) malgré le fait que sa lutte charnelle avec Maman Ours dans “The Revenant” et plus globalement son combat …

Le jour d’après

Hier soir, dimanche 15/11/2015, 16h50, Paris 18ème.

Le jour d’après…

Tu te dis que tu seras seule.

Tu te dis que tu sortirais bien prendre l’air quand même alors que depuis avant-hier tu n’osais pas vraiment.

Tu te dis que malgré tout, l’air est doux et

La terrifiante théorie de l’encerclement

Prenez un groupe de jeunes donzelles trentenaires sublimes, brillantes, indépendantes et dans la force de l’âge (oui oui je sais, mais comme j’aime à vous le rappeler de temps en temps, on est sur mon blog ok ???!!alors je dis CE QUE JE VEUX)

Folie meurtrière…

Arrive un âge dans la vie, où on décide de lâcher du leste, de baisser les armes, de « faire des efforts » pour tenter d’adoucir quelque peu les aléas freudiens qui nous animent. En d’autres termes, certaines d’entre nous, pour faire plaisir à nos ancêtres féminines, acceptent

Confidence pour confidence…

« Rien n’égale en longueur les boiteuses journées, Quand sous les lourds flocons des neigeuses années, L’ennui fruit de la morne incuriosité, Prend les proportions de l’immortalité. » CHARLES BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal

…Ou, pour plus de légèreté parce que là je vous ai perdu …